Arielle Heaven
Arielle Heaven

On était en 2007 et je sentais un malaise au bas du ventre. Cela faisait plusieurs jours déjà mais je tentais de dissiper la sensation par les premiers produits qui me tombaient sous la main:spasfon, flagyl et j’en passe. Je finis par me décider à prendre rendez-vous chez une gynécologue que m’avait recommandée une amie. C’était ma toute première fois et j’avais quelques appréhensions.

Je me fis accompagner par un ami avec qui je devais faire une course après la visite médicale. Lorsque je fus reçue dans le cabinet, je vis une jeune femme à la voix paisible et douce me demander de m’asseoir. Elle me fit lui raconter mes préoccupations et me suggéra de me faire une échographie. Lorsque je fus allongée sur la table pour l’examen, j’étais remplie d’une appréhension qui ne se dissipa guère lorsque je vis la gynécologue s’approcher avec sa sonde.

Cependant, mes craintes semblèrent s’évanouir sous l’effet de sa voix devenue comme un murmure apaisant. Je me laissai aller sous ses doigts experts et bientôt, je vis sur l’écran de petits points tous blancs éparpillés. Elle me fit comprendre qu’il s’agissait de micro- kystes et que je devrais y remédier avant qu’ils ne deviennent plus dérangeants. Je sortis de son bureau avec une claire précision de mon état, de ce qu’il fallait faire pour l’améliorer et une ordonnance prescrivant des lotions de toilette intime et des pilules. Lorsque je revins dans la salle d’attente, mon accompagnateur voulut jeter un coup d’œil à l’échographie. « Ça ne va pas non? »lui répondis- je. « Arielle calme- toi, ce n’est qu’une photo tu sais, je ne demande pas à voir l’original » me répliqua-t-il avec un rire amusé.

On fit un tour à la pharmacie et je pris mes produits. La gynécologue m’avait informée que je devrais prendre les pilules à une heure précise et régulière chaque jour,au milieu du repas. Elle m’avait aussi informée que je pourrais subir quelques changements morphologiques au cours du traitement mais que tout rentrerait dans l’ordre plus tard. J’en avais pour trois mois. Trois mois au cours desquels je pris consciencieusement à 21h précises mes pilules, sans jamais en rater une seule.

Je me rappelle qu’un soir j’étais dans le bureau d’un ami, un homme politique influent auquel l’accès était parfois difficile vu son emploi du temps chargé. On échangeait entre deux coups de fils et les invasions incessantes de ses collaborateurs. Je jetai un coup d’œil à ma montre, il était 20h30 et je demandai à contre-coeur à rentrer. Ma santé passait avant tout. En effet, je me suis rendue compte très tôt que ces pilules me faisaient un bien insoupçonné : mon cycle menstruel irrégulier devint on ne peut plus régulier, les malaises avaient disparu et comme si cela n’était pas suffisant, ma poitrine prenait davantage de volume, ce qui représentait à mon avis en ce moment-là un atout plus que considérable. Bref, ma pilule m’était plus nécessaire qu’une charmante conversation avec un ami, fut-il influent ou pas. A la fin du traitement, je repartis chez ma gynécologue pour un contrôle : toute trace de micro-kyste avait disparu à mon grand soulagement et à la satisfaction de mon médecin.

Les pilules avaient fait leur travail interne : discrètement et efficacement.. Ces maux de ventre sont à l’image des malaises que nous ressentons à mesure que de mauvais caractères en nous commencent par s’ancrer et se former. Nous pouvons tenter de les ignorer ou de les dissiper avec le mauvais traitement : ils ne bougeront pas d’un iota, au contraire,ils s’intensifieront et s’agglutineront bientôt en un tas qui nous obligera à avoir mal à chaque fois que quelqu’un tentera de nous en débarrasser. Nous nous sentirons comme opérés et blessés. Nous avons également le choix d’aller les présenter très tôt à Dieu, l’expert médecin qui nous aidera à nous en débarrasser avant qu’ils ne deviennent gênants. C’est vrai que c’est un peu embarrassant de devoir se mettre à nu devant Lui, confesser des choses que nous ne voudrions même pas que nos plus proches amis apprennent ou remarquent.

Mais lorsque nous prenons le courage de venir à Lui, nous réalisons à quel point Sa voix douce, apaisante et jamais accusatrice nous donne des instructions sur comment nous en sortir. Comme une pilule à prendre constamment et régulièrement, Sa parole nous est recommandée pour opérer le changement interne qui apportera des manifestations visibles de qualités que nous avions déjà et qui en prenant de l’ampleur sous le traitement deviennent des atouts. Le désordre qui régnait autour de nous et en nous,comme ce cycle irrégulier, s’ajuste et fait place à de l’ordre. Nous devenons ainsi des personnes meilleures, des personnes qui rejetées hier par leurs mauvaises attitudes deviennent aujourd’hui recherchées et prisées par leurs bonnes attitudes. Le jeûne pourrait t’apporter des opportunités, la prière pourrait t’ouvrir des portes certes, mais seul ton attitude pourrait garder ces portes ouvertes. Ton attitude est ce qui détermine ton altitude.

C’est pourquoi Dieu ne t’amenera dans les hautes sphères que tu convoites que s’Il est convaincu que tu as les hautes valeurs qui te feront y rester pour Sa gloire. Dieu est ton Père et désire bien plus que toi-même ton bonheur,mais il te faudra toi-même prendre la décision de devenir heureux en décidant de changer. Dieu ne prendra pas cette décision pour toi. Ne t’attends pas à ce qu’Il immobilise miraculeusement ta main lorsque tu veux voler pour t’empêcher d’aller en prison, ne t’attends pas à ce qu’un préservatif apparaisse comme par magie lorsque tu as des rapports sexuels non protégés avec un inconnu pouvant te conduire au sida,ne t’attends pas à ce qu’un ange vienne te souffler les réponses de ton examen alors qu’au lieu d’apprendre tu passais tes nuits en discothèque. Réveille-toi de ces illusions : Dieu t’aime mais Il n’est pas ton Prince Charmant qui viendra toujours te secourir sur son cheval blanc. Réveille-toi et décide de changer. Il t’y aidera. Il en est capable.

Arielle Heaven