Mise au point

À la lecture de ce titre, je sais que certains vicieux laisseront leur esprit vagabonder vers les entrejambes qui ne les regardent pas. Puisque je ne suis pas gynéco, je compte parler en ce qui me concerne de la tête de nos chères et tendres et non des fêtes que vous comptez faire avec elles. Voilà !

Eh oui mesdames et mesdemoiselles, on a beau dire – à tort – que vous n’avez rien dans la tête, on ne peut certainement pas en dire de même de ce que vous avez SUR la tête. J’ai été catastrophé d’entendre que désormais les africonnes en étaient déjà à enrichir les industries de la beauté façon occidentale en construisant sur leur tête des jolis tas d’ordure à partir de 300 000 FCFA le jeu d’extensions capillaires communément appelées mèches !

On a beau dire – à tort – que vous n’avez rien dans la tête, on ne peut certainement pas en dire de même de ce que vous avez SUR la tête !

Je me suis alors dit qu’il était temps d’éclairer mes sœurs sur les tenants et les aboutissants de ces standards de beauté capillaire que la société occidentale leur a fait avaler et auxquels elles se soumettent sous le prétexte de plaire à leurs hommes. D’ ailleurs levons ce premier préalable : combien d’hommes donnent de l’importance au montage que vous avez réalisé sur votre cuir-chevelu ?

 Les hommes ne regardent pas votre tête !

crane rasé6
Crâne rasé

Croyez-moi mesdames et mesdemoiselles, quand un homme a une femme devant lui, deux options s’offrent à lui. La première : il ne pense qu’à coucher avec elle et dans ce cas, il regarde essentiellement son décolleté et partout ailleurs où sa chair apparaît … La deuxième, il veut faire du sérieux, c’est une relation de travail ou une simple amitié correcte asexuée. Dans ce dernier cas, il la regarde dans les yeux occasionnellement et jauge surtout ce qu’elle a DANS la tête.

Croyez-le ou non, les seules rares fois où un homme regarde votre tête sont les suivantes :

– C’est vraiment grand et bizarre, débraillé ou vraiment trop spectaculaire (pas forcément beau). On ne voit que ça a plusieurs mètres quoi. Encore que là, si c’est votre look habituel de faire des montagnes sur le crâne, ça va finir pas devenir transparent pour ceux qui vous côtoient tous les jours.

– Vous lui dites après avoir fait vingt défilés sans qu’il ait rien vu alors qu’il n’est pas malvoyant : “Chéri ça te plaît mes nouveaux cheveux”. Et lui, hypocrite, il vous dit : “Très joli, tu es parfaite”. En fait, la vérité, c’est qu’il se dit à lui-même : “On s’en fout… Tant que c’est pas en désordre… Et puis c’est même pas SES cheveux…”. Il y a aussi les petits vicieux qui se disent tout au fond : “Tout ce que je veux c’est qu’elle écarte les jambes pour que je me rembourse en nature la fortune que j’ai investi pour qu’elle se bâtisse cette maison sur le cuir chevelu”… Je vous l’accorde, c’est pas romantique du tout… C’est même inélégant…

Maintenant, il peut serrer sa femme dans les bras et faire des câlins sans risquer de vomir. C’est pas bien ça ? Avec l’argent économisé, il peut vous offrir des fleurs, vous inviter au restaurant et sa libido n’est plus frustrée par une tignasse qui exigeait tellement d’attention que certaines entreprises d’adulte en étaient compromises…

– C’est hors du commun et original. Genre fashion cool et discret. Un exemple concret : vous vous rasez – si si, comme un mec – et vous agrémentez ça de nouvelles boucles d’oreilles grandes comme ça. Et là le miracle ! Tous les mâles remarquent enfin votre tête. Ils en parlent, ils apprécient. Votre homme lui, subjugué et délivré est enfin content de ne plus dormir en mettant la tête de l’autre côté du lit – il fuyait les effluves malodorantes de mèches qui attendent impatiemment de finir dans la poubelle. Maintenant, il peut serrer sa femme dans les bras et faire des câlins sans risquer de vomir. C’est pas bien ça ? Avec l’argent économisé, il peut vous offrir des fleurs, vous inviter au restaurant et sa libido n’est plus frustrée par une tignasse qui exigeait tellement d’attention que certaines entreprises d’adulte en étaient compromises…

Vous l’avez compris. Ce que je vous propose ce n’est pas de renoncer à vos objectifs, mais de vous donner les meilleures chances d’y arriver en vous distinguant de la masse et de ses instincts grégaires. Parce qu’en fait …

 Vous êtes devenues des pigeons !

mèches en veux-tu en voilà
mèches en veux-tu en voilà

Si, si ! L’industrie de la beauté façon occidentale vous arnaque depuis la colonisation. Avant que les toubabs et leurs longs cheveux arrivent, nous avions des cheveux n’est-ce pas ? On en faisait quoi ? Nos ancêtres étaient-ils si cons qu’ils ne savaient pas comment entretenir leurs cheveux ? Qu’est ce qui s’est passé entre temps ? Je vais vous le dire ! Certaines de vos grand-mères qui n’étaient pas suffisamment fières d’arborer leurs cheveux courts et crépus devant la longue chevelure de leurs maîtresses blanches et qui voulaient coûte que coûte être à leur image ont offert un filon aux industriels du cheveu. Et vous autres, vous perpétuez leur héritage. Vraiment… bravo ! C’est exactement comme dans une escroquerie. Tout le monde est content au début surtout l’arnaqueur. Sauf qu’à la fin, Jean qui pleure, Jean qui rit.

Ce que vous récoltez ? L’illusion que vous êtes désormais comme les blanches. La gloire de pouvoir envoyer les doigts derrière les oreilles et de rejeter une touffe de mèche gênante… Oh how sexyyyyyyyyyy ! Le fantasme que vous êtes désormais aussi belle que l’héroïne de votre télé novela préférée.

Le prix que vous payez ? Des céphalées de tension, une chaleur permanente, des démangeaisons auxquelles vous n’avez d’autre solution que de taper sur votre tête au risque de tuer les neurones qui vous restent après le massacre de la coiffeuse… Des relations brisées puisque pendant le temps perdu au salon de coiffure, le démon de kpakpato est passé par là… Et … Une facture régulière que vous partagez habituellement avec un monsieur pas si volontaire que ça !

Le prix que vous payez ? Des céphalées de tension, une chaleur permanente, des démangeaisons auxquelles vous n’avez d’autre solution que de taper sur votre tête au risque de tuer les neurones qui vous restent après le massacre de la coiffeuse…

Tenez mesdames et mesdemoiselles : 98% des magasins qui fournissent des produits de beauté et des mèches de cheveux sont possédés par des Asiatiques alors que les Afro-Américains représentent 80% du chiffre d’affaires dans l’industrie des extensions capillaires et ils sont moins d’1 % à être propriétaires des magasins en question. Maintenant, posons la question qui fait maaaaal.

 D’où viennent “VOS” cheveux?

Vos mèches viennent d'ici
Vos mèches viennent d’ici

Mesdames et mesdemoiselles, chaque jour, ce sont plus de 1400 kilos de cheveux qui sont exportés d’Inde pour répondre à la mode des compléments capillaires, soit 500 tonnes de cheveux par an, notamment prélevés sur des personnes qui se rasent pour raison religieuse. Pour 10 tonnes de cheveux, il faut environ 40 000 femmes. Vous avez bien lu. Faites vos calculs.

Des milliers d’indiennes offrent leurs cheveux en sacrifice aux dieux et les responsables de leurs temples revendent ces offrandes aux grosses industries qui se chargeront de les lessiver, trier, shampouiner, voire décolorer et teinter, avant de vous les revendre à prix fort dans les salons de coiffure haut de gamme d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Afrique. C’est ça vos “mèches brésiliennes” !

Seulement, il n’y a pas que l’Inde. Une étude sérieuse du Guardian révèle qu’en majorité, vos extensions capillaires « viennent des pays où les cheveux longs et naturels restent un gage de beauté, mais où les femmes sont assez pauvres pour songer à vendre un si cher atout ». Le journal réputé cite la Chine, l’Inde et l’Europe de l’Est. Dans le New York Times, un fournisseur basé en Ukraine explique quant à lui : « Elles ne le font pas pour le plaisir. En général, seules les personnes qui ont des problèmes financiers ponctuels, dans les régions défavorisées, vendent leurs cheveux. ». Si vous trouvez ça touchant, attendez de voir les cas les plus inquiétants.

 Vos extensions capillaires « viennent des pays où les cheveux longs et naturels restent un gage de beauté, mais où les femmes sont assez pauvres pour songer à vendre un si cher atout »

En Inde, des femmes et des enfants sont forcés à vendre leurs cheveux, et des gangs sont mêlés à ce trafic, rapportait en 2006 un autre article du Guardian. En Russie, le Centre de Moscou pour la réforme des prisons a estimé que des gardiens avaient pu raser de force et vendre les cheveux de prisonniers ! Du coup par souci éthique, certains vendeurs ont préféré se tourner vers les cheveux laissés en offrande dans des temples en Inde, en échange de prières exaucées, et revendus par ces mêmes temples, le plus souvent aux enchères sur Internet. De moins en moins sexy n’est-ce pas VOS cheveux ?

 Que ferons-nous donc chères soeurs ?

Eh bien, vous devriez commencer par craindre Dieu et arrêter de le prendre pour un con. Non mais c’est vrai quoi. Pourquoi Il a doté les africains de cheveux frisés, crépus et les autres de cheveux plus longs ? Pas besoin d’avoir le QI d’Einstein pour comprendre que les cheveux que vous avez ont un lien direct avec le climat dans lequel vous vivez. Ou bien ? C’est pour ça que vous vous tapez sur la tête tout le temps et que ça pue parfois. Les cheveux de l’indienne, de la russe …qui ne sont désormais plus irriguées naturellement ne conviennent pas à notre climat.

Ne laissez pas Arthur Schopenhauer dire à raison “La femme est un animal à cheveux longs et à idées courtes ».

Ensuite, servez vous des méninges qui vous restent pour vous rappeler que la publicité est conçue pour vous faire acheter et non pour vous dire la vérité. Vous êtes inondées par des images qui forment en vous un standard de beauté totalement irréel et truqué. Photoshop, vous connaissez ? Et puis, il est bon de savoir que Céline Dion et ses jolis cheveux, ce serait au moins 4.000 dollars d’extensions capillaires chaque mois. Si c’est elle votre modèle, vous n’êtes pas sorties de l’auberge. Même si vous n’êtes pas du genre idéologue, rien ne vous interdit d’être pragmatique… En investissant dans la recherche-action, les africaines auraient pu développer leur propre cosmétologie et conserver leurs cheveux naturels ainsi que leur santé. Pensez-y un peu.

Vous êtes inondées par des images qui forment en vous un standard de beauté totalement irréel et truqué. Photoshop, vous connaissez ?

Les options qui vous restent sont simples : rasez-vous et entretenez vos cheveux naturels. Valorisez-les avec des méthodes bio et soyez-vous même : african beauty. 

Le lion est dans l’arène ! Les filles ? Défendez-vous ! On en parle en commentant plus bas… Je sens que je vais avoir chaud…

Arnaud Karl Job