ET SI LE GOUVERNEMENT COMMETTAIT LE PÉCHÉ DE GOLIATH ?

Les écuries de Yayi

Le nouveau ministre de la communication, l'excellent Komi Koutché
Le nouveau ministre de la communication, l’excellent Komi Koutché

Le ministre Komi Koutchè arrivera t-il à empêcher le gouvernement de continuer à errer dans un domaine aussi sensible que la communication ? Cette question m’est inspirée par les derniers événements majeurs survenus au pays.

Je fais en effet le constat que c’est le gouvernement lui-même qui met la grande partie des populations au courant de ce qui se dit contre lui et son chef. Récemment, quelques amis m’ont fait remarquer qu’ils n’étaient pas au courant de ce fameux rapport qui fait couler encre et salive jusqu’à ce que le Président s’en offusque devant la presse. Les observateurs de la vie politique ont des exemples à foison dans cet ordre d’idée. Par exemple, c’est encore grâce au gouvernement que nous avons compris la grande influence de certains hommes économiques sur la vie politique du pays. C’est le Président Yayi et ses amis qui ont fait la pub de Talon.

L’excès de communication et la communication incontrôlée font également des dégâts quand il s’agit des bonnes initiatives du gouvernement. Cette méthode qui consiste à envoyer les ministres dans leurs régions d’origine pour informer la population a fait ses preuves : ça ne marche pas ! La preuve c’est que tout le monde consent aujourd’hui à dire que la suspicion et le scepticisme ont atteint des sommets jadis inespérés au pays. Les yayistes ont beau dire que c’est de la faute des opposants, le bon sens leur réplique que c’est bien eux qui disposent de la machine de propagande la plus puissante et des moyens illimités de l’exécutif pour parler. D’ailleurs, ils ne s’en privent pas. Alors qu’est-ce qui reste aux autres à votre avis ? Les réseaux sociaux où ces derniers ne manquent d’ailleurs pas de faire feu de tout bois. Maintenant la comparaison peut continuer.

Le péché de Goliath

De Goliath qui dispose de l’ORTB et de sa couverture intégrale du territoire, qui est présent sur les autres chaînes, qui a la puissance publique sous contrôle de façon bien légitime et David à qui il reste les réseaux sociaux, qui ne sont accessibles qu’à une infime proportion de la population, qui vous paraît le plus vulnérable ? Vous avez fait le choix du petit David n’est-ce pas ?

Et pourtant, Goliath manifeste à la moindre occasion sa colère de voir le petit David se trémousser sans désemparer avec les pierres qu’il possède. Oui ! Le gouvernement commet le péché de Goliath : on le voit trop (c’est un géant, il n’y peut rien) et il en dit trop (là il peut faire un effort) ! Tous les jours le géant sortait et effrayait Israël. Sa taille suffisait à faire mouiller les culottes des soldats les plus téméraires mais il avait encore besoin de sa bouche… La comparaison s’arrête ici mais on sait ce que cela lui a coûté.

Et si le gouvernement commettait le péché de Goliath ?
Et si le gouvernement commettait le péché de Goliath ?

C’est le péché du gouvernement de Yayi. On le voit trop – il n’y peut rien puisqu’il travaille – mais en plus, il parle tellement qu’on a désormais l’impression – parfois à tort – de savoir ce qu’il va dire avant qu’il ne le dise. Si la répétition est pédagogique, son usage excessif fait de la communication gouvernementale une chose tellement prévisible qu’on y voit plus d’intérêt.

Il y a longtemps qu’on sait d’avance ce que le gouvernement communiquera : un séminaire ouvert par un officiel par ici, une visite au port par là, une messe ou une marche pour remercier et soutenir le Chef de l’Etat, une tournée dans les champs, les audiences du Chef de l’Etat, des émissions où les ministres viennent “éclairer” le peuple … Ce a quoi on n’arrive pas à s’habituer c’est la prise de parole sans préparation du PR. La dernière en date continue de m’intriguer car elle est bien révélatrice du danger que constitue cette forme de communication libre d’un type nouveau. Vous voyez de quoi je parle …

De Goliath qui dispose de l’ORTB et de sa couverture intégrale du territoire, qui est présent sur les autres chaînes, qui a la puissance publique sous contrôle de façon bien légitime et David à qui il reste les réseaux sociaux, qui ne sont accessibles qu’à une infime proportion de la population, qui vous paraît le plus vulnérable ?

Liberté et parole ne font pas souvent bon ménage

Le Président est invité à lancer les travaux d’une journée d’échanges avec des potentiels investisseurs indiens. Il en profite au détour d’une ces prises de paroles libres, pour nous apprendre qu’à son réveil le matin, il aurait pris connaissance de la publication d’un rapport qui classe le Bénin avant-dernier. Le déballage fut cinglant. Le rapport fut qualifié de “rapport pirate”, “inconnu du système des nations unies” et ses conclusions reçurent la mention “stupide”. Quant à l’outrecuidant qui l’aurait publié, le PR n’a pas manqué de nous informer qu’il n’était qu’un “quémandeur” spécialisé dans la publication de “rapports pirates”. Les institutions universitaires responsables de sa production elles, ont été affublées du péché de déstabilisation de nos pays. Je vous exonère des potentiels risques de crispation diplomatique avec Haïti puisque le PR se demandait comment un rapport pouvait prétendre qu’un tel pays et les pays en guerre sont plus riches que le Bénin ! Il a raison, cela paraît bien “stupide”. Pour ceux qui n’ont pas encore vu cette vidéo, prière cliquez ici.

Le problème c’est que ce fameux rapport sur le bonheur mondial ne classait pas les pays selon leur richesse. On comprend alors pourquoi les Etats-Unis n’y sont que 17ème. Le rapport, comme l’indique son nom, parlait de bonheur. Une notion somme toute suffisamment subjective pour qu’on s’aventure à la quantifier mais vous savez que les chiffrologues sont plutôt culottés …

L’autre approximation dans ce coup de gueule du PR, c’est l’ignorance supposée des Nations Unies de l’existence de ce rapport. Il est en effet difficile d’y croire quand on sait que ce document, en dehors de toutes critiques qu’on pourrait lui faire dans le fonds, est bel et bien le produit d’une initiative des nations unies.

Pour s’en convaincre, il suffit de constater que :

l’un des signataires du rapport, le professeur Jeffrey Sachs est le Conseiller spécial du Secrétaire général pour les Objectifs du Millénaire pour le développement. Cet homme dirige un organisme mis en place et lancé par Ban Ki-Moon qu’on appelle le le Réseau des solutions pour le développement durable – en anglais UNSDSN. Il s’agit d’ « un nouveau réseau mondial indépendant regroupant des centres de recherche, des universités et des institutions techniques chargés de trouver des solutions à certains des problèmes environnementaux et socioéconomiques les plus pressants de la planète ».

C’est cet organisme en collaboration entre autres avec le Earth Institute de la Columbia University qui est à l’origine de la publication du rapport querellé.

Du coup, l’intervention du PR soulève deux questions sérieuses : les nations unies sont-elles la caution morale d’un rapport que je vous invite à consulter ici ? Ce rapport peut-il être considéré comme l’oeuvre de gens « stupides » ? A mon humble avis si la réponse à cette dernière question est oui, alors tous les autres rapports publiés par des organismes de ce genre qu’ils nous arrangent ou non sont aussi le travail de gens « stupides » non ?

Vous voyez où je veux en venir … Pour avoir parlé sur le coup de la colère et sans préparation le PR comme n’importe lequel des humains dans les mêmes conditions en a un peu trop dit. Or, le PR n’est pas n’importe lequel des humains. L’institution qu’il incarne exige retenue et circonspection, sens du détail et de la proportion.

Croyez-moi bien, si le gouvernement de Yayi continue de communiquer de cette façon-là, on n’en a pas fini avec le climat social délétère que tout le monde déplore. L’opposition béninoise qui n’existe que pour réagir se jettera sur les moindres occasions pour empirer les choses et la “troisième voix” sera comme d’habitude muette pendant que les éléphants se battent. Par ailleurs, l’image même de notre pays risque d’en être davantage écornée.

 À votre avis comment pourrait s’y prendre le nouveau ministre de la communication pour changer la donne ?

Arnaud Karl Job